@ Loup's

Impossible ? Comme si ça allait m'arrêter.

De la rigidité des âmes

Si il est un choix crucial pour votre arme de GN, c'est bien l'âme. Il y va du confort, mais surtout de la sécurité de votre arme. Trop légère, elle risque de casser puis pourfendre pour de vrai votre malheureux adversaire. Trop souple, et votre lance épique se transforme en un fouet incontrôlable (et fragile!). À l'inverse, une âme trop lourde va distribuer les bleus comme des petits pains… si les orgas l'acceptent sur un malentendu.

Il serait dommage gâcher des heures d'efforts sur une arme fragile, non conforme, ou dangereuse.

De l'avis des forgerons nains

Une petite recherche sur le web francophone indique assez clairement les contre-indications suivantes:

Nous nous limiterons donc aux baguettes de fibre de verre pleines. Là aussi, un semi-consensus semble se dégager:

La formule magique

Mon problème, c'est que je ne fais pas confiance aux forgerons nains. J'ai besoin de savoir pourquoi certaines dimensions sont plus adaptées que d'autres. Fort heureusement, il existe une formule magique, tirée de la théorie des poutres: le moment quadratique. Les sorciers versés dans les arcanes de la résistance des matériaux comprendront pourquoi cette formule est une bonne approximation.

Pour nous autres mortels, il suffit de savoir que à forme égale, la rigidité d'une tige est proportionelle à la puissance quatre de sa grosseur. (La surface est elle même proportionelle au carré de sa grosseur.)

Comparons pour l'exemple une tige de 8mm et une tige de 16mm. La tige de 16 mm est:

Parfois, la dimension n'est pas le critère le plus important. On fait souvent plus attention au poids. Par exemple, une tige 2 fois plus lourde sera 4 fois plus rigide. En effet, à proportions égales, la rigidité d'une tige est proportionelle au carré de son poids. (Retenons que poids et la surface de la section transversale de la tige sont proportionnels.)

Le tableau suivant devrait faire la comparaison. Nous nous moquons des mesures exactes, ce qu'il nous faut ce sont les proportions. Je prends donc un point de comparaison « standard »: le jonc de 10mm.

Diamètre Poids Rigidité
6 36 13
8 64 40
10 100100
12 144207
14 196384

On voit clairement ici pourquoi personne ne recommande la fibre de verre de 6mm. Trois fois moins rigide que son homologue de 8mm, elle ne vaut guère mieux qu'un spaghetti ramolli.

Rigidité apparente

Le moment quadratique c'est bien gentil, mais ça ne tient compte ni du poids de l'âme (et de l'arme), ni des grands moulinets que l'on effectue pour découper les manants qui nous offensent.

Ce qu'il nous faut, c'est une mesure de la rigidité apparente de l'arme: quand on la manie, ressemble-t-elle à un bâton, à une cravache, ou à un fouet? C'est important, car une arme trop souple est difficilement contrôlable, et les coups de fouets qu'elle donne font mal. Bref, c'est dangereux.

Pour faire simple, je considère que la violence de nos moulinets, c'est à dire les accélérations subies par la pointe de l'arme, est indépendante de sa longueur et de son poids. Notez qu'à violence égale, une arme plus longue parait plus lente: c'est parce que la pointe parcours plus de distance pour le même mouvement.

Les moulinets va appliquer ce qu'on appelle un moment fléchissant à l'arme. Ce moment est égal à la violence du moulinet, multiplié par le poids de l'arme, multiplié par sa longueur:

M = V × P × L

Ce moment fléchissant va faire ployer votre arme, qui résistera avec sa rigidité. La courbure résultante sera égale au moment fléchissant divisé par la rigidité:

C = M ÷ R

Maintenant, à rayon de courbure égal, une arme plus longue paraîtra plus courbée. Nous avons cependant tendance à être tolérant face à cela. On peut donc considérer que la rigidité apparente est égale à la violence du moulinet, divisé par la courbure que cette violence cause:

Ra = V ÷ C

C'est maintenant l'heure de tout calculer. Pour faire simple, on va considérer que le poids de l'arme est égal à celui de son âme. Ça n'est pas vrai du tout, mais ils sont bien souvent proportionnels, donc l'approximation tient à peu près la route. Le poids est donc égal à la densité de l'âme, multipliée par sa longueur; sa densité est égale au carré de la grosseur de l'âme; et sa rigidité est égale à la puissance 4 de cette même grosseur:

P = D × L
D = G²
R = G⁴

Nous pouvons maintenant calculer la rigidité apparente Ra:

Ra = V ÷                  C
   = V ÷ (       M        ÷ R )
   = V ÷ (       M        ÷ G⁴)
   = V ÷ (V ×    P    × L ÷ G⁴)
   = V ÷ (V × (D × L) × L ÷ G⁴)
   = V ÷ (V × (G²× L) × L ÷ G⁴)
Ra = G²÷ L²

Conclusion: pour conserver une rigidité apparent constante, la grosseur de l'âme doit être proportionelle à la longueur de l'arme. Et —Ô, coïncidence—, cela correspond à peu près aux conseils que j'ai trouvé sur le web.

J'aime quand la théorie et la pratique se rejoignent.

La tentation des âmes jumelles

On ne le dira jamais assez, la priorité, c'est la sécurité. Mais quand un gros troll vous frappe comme un sourd avec son épée en fonte de 800 grammes, et que vous n'avez pour vous protéger que votre glaive de 200 grammes, vous comprenez vite que votre poignet n'est pas invulnérable. Il va falloir truander…

…c'est à dire alourdir votre arme.

La fibre de 8mm n'a pas que des inconvénients: d'une part, sa rigidité est suffisante pour tout ce qui ne dépasse pas le mètre, et elle s'encastre assez bien dans les tapis de sols de 6mm en forçant un peu. Avec un tapis de sol de bonne qualité, c'est suffisant… mais vraiment trop léger face à ce stupide seigneur nain et sa double hache à trois mains.

Solution évidente: deux tiges de 8mm. On les solidarise au ruban adhésif, et le tour est joué. Notre âme double son poids, devenant ainsi 28% plus lourde qu'une âme de 10mm. Vos parades sont maintenant plus crédibles, et votre arme n'est pas plus dangereuse. Pour le moment tout va bien.

L'ennui, c'est que contrairement à une fibre plus grosse ce poids supplémentaire ne vous fait pour ainsi dire gagner aucune rigidité: d'habitude quand on multiplie le poids de l'âme par deux, sa rigidité statique se trouve multiplié par quatre. Avec deux tiges séparées, cette rigidité statique n'est multipliée que par deux, et la rigidité apparente, pas du tout.

Il est donc déconseillé de dépasser le mètre avec votre fibre de 8mm, même si vous en faites des âmes jumelles. Quand aux grosses armes à deux mains vous oubliez, elles seraient deux fois trop souples.

Le matériel « sérieux »

La double tige c'est bien pour débuter, mais couplée avec de la mousse bas de gamme, c'est vite peu durable voire dangereux. La vraie solution, c'est d'augmenter le diamètre de l'âme. L'ennui, c'est de trouver la mousse adaptée à ce nouveau diamètre. Écumer le web m'a permis de dégager 3 matériaux couramment utilisés:

Vu comme ça, le plus simple semble être la fibre de verre 10mm avec 3 couches de plastazote (5/10/5 ou 10/10/10). Cela devrait convenir à toutes les armes, de la courte à une main de 70cm, à la 2 mains de 120cm, voire un peu plus (à tester).

Mais j'ai trouvé il y a peu un petit produit miracle:

Le carré

Le carré de fibre de verre a plusieurs avantages. Pour commencer, il est beaucoup plus facile de le coller à une mousse de même épaisseur: tout est plat, les surfaces de collage sont maximales, rien ne dépasse…

Question rigidité, la forme carré ne change pas grand chose: à poids égal, la rigidité d'une baguette carrée est quasiment identique à celle d'un jonc rond. Seulement voilà, le poids d'un carré de 10mm n'est pas égal à celui d'un jonc de 10mm: il est 27% plus lourd, donnant une rigidité apparente 27% plus importante…

Encore que…

Ce calcul n'était valable que lorsque le poids de l'arme totale était proportionnel à celui de l'âme. Or, la tige carrée ne prends pas plus de place que la tige ronde, et est donc naturellement affectée à une quantité de mousse et de latex similaire. Seul le poids de l'âme augmente. Du coup, on profite mieux de ses 70% de rigidité statique supplémentaire. À vue de nez, le gain de rigidité apparente dépasse probablement les 50%.

Et si ça n'est pas assez rigide pour votre claymore de barbare, vous pouvez toujours prendre un rectangle plus large: toujours 10mm d'épaisseur, mais 12, voire 15mm de large. Ça n'augmentera pas la rigidité du plat de la lame, mais dans le sens du tranchant c'est plus efficace encore qu'un jonc ou un carré plus gros.

Le seul ennui, c'est de se fournir. Pour le moment, je n'ai trouvé que le Donjon Facile, qui fourni du carré 10×10, et du rectangle 5×10. Je n'ai encore trouvé aucun 12×10 ni 15×10. Mais je pense que ça n'est pas très gênant car cette fois, la technique des tiges jumelles peut vraiment fonctionner.

Le problème des tiges jumelles rondes fixées à l'adhésif, c'est le manque de solidarité. À cause de cela, on ne gagne aucune rigidité. Mais deux tiges à bords plats peuvent se coller parfaitement: on insère du tissu de verre imbibé de résine époxy entre les deux baguettes sur toute la longueur, et voilà votre tige de 15×10, comme une vraie! (En principe: je n'ai pas testé la solidité d'un tel collage. Pour bien faire, il faudrait sacrifier une paire de baguettes dans un test expérimental.)